Le Festival Deauville Green Awards: dix ans au service du développement durable

Les Deauville Green Awards, dont le fil rouge est le développement durable, se clôturent ce 17 juin après deux jours d'échanges avec un Palmarès et une remise de prix. Un nouveau lieu, une nouvelle catégorie dans la compétition, une curation VR proposée par le 360 Film Festival et des conférences en ligne rendent cette dixième édition particulière à bien des égards...
Conférence en streaming live “Nouveaux regards pour demain !” © Nathalie KlimbergConférence en streaming live “Nouveaux regards pour demain !” © Nathalie Klimberg

Pour découvrir toute la singularité de ce rendez-vous au carrefour de la responsabilité sociétale de l’entreprise et de l’audiovisuel et pour en savoir plus sur cette édition 2021, nous avons rencontré son fondateur et président, François Morgant.

 

Sonovision : Pouvez-vous nous rappeler la vocation des Deauville Green Awards ?

François Morgant : Il s’agit d’un rendez-vous autour du développement durable au sens large avec un festival qui réunit trois compétitions : la compétition publicité regroupant des programmes courts de sensibilisation comme, par exemple ceux de l’Ademe et ses campagnes de tri des déchets, au gâchis alimentaire ; la compétition des films documentaires, qui sont de plus en plus présents à la télévision et qui rencontrent l’adhésion croissante du public comme en atteste, par exemple, le succès international du documentaire Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent ; la troisième compétition, qui s’intéresse aux films d’entreprise, accueille des films traitant de la RSE ou de l’environnement et qui sont produits pour de la communication interne ou externe. Au total le festival propose quinze catégories dont la toute nouvelle « Au-delà du Covid » mise en place pour accueillir tous les films produits cette année sur cette thématique…

 

Comment s’opère la sélection et le palmarès parmi les près de 500 films en compétition ?

Les catégories ont été créées à la fois par un collège d’experts du développement durable de l’audiovisuel parmi lesquels nous sommes fiers de compter Jean Jouzel, prix Nobel de la paix, pour ses déclarations sur le réchauffement climatique [NDLR : Jean Jouzel est également membre du jury].

Pour la sélection du palmarès, le jury note les films selon quatre critères. En premier lieu, le programme doit être une création originale. Ensuite, le jury regarde ses qualités techniques, sa réalisation. La compréhension du message est un troisième critère. Enfin, ce qui est très important, le jury vérifie si les messages délivrés sont honnêtes ou si c’est simplement ce qu’on appelle du greenwashing. Si le film cumule suffisamment de points, il sera sélectionné pour la compétition et à partir de là, un nouveau vote sera opéré pour le palmarès.

 

À un mois du rendez-vous que pouvez-vous déjà nous dévoiler ?

Cette dixième édition se déroule dans un endroit magique, les Franciscaines… Il s’agit d’un ancien couvent revisité par un grand architecte qui y a créé un espace événementiel et culturel incroyable. Nous serons parmi les premiers à nous y installer. Du côté compétition, cette année, nous avons reçu 470 programmes… Cela fait beaucoup de films à voir pour les 45 jurés professionnels de la communication, experts du développement durable, de l’audiovisuel en charge de la présélection.

 

Quels sont les temps forts de cette année ?

Le 16 juin, nous avons prévu une rencontre organisée avec La Fabrique des récits intitulée « Nouvelle génération, nouveaux formats : quels sont les nouveaux moyens de militer et de convaincre d’agir ? » et le 17 Juin  une rencontre autour de la VR et des contenus immersifs organisée avec le 360 Film Festival et Génération Numérique.

Le 17 juin, nous proposons aussi une table ronde intitulée « Une seule santé pour l’humain, l’animal et l’environnement : comment recréer le dialogue pour un mode bien portant ? » avec une ouverture de Jean Jouzel et avec la participation de la journaliste Marie-Monique Robin, Sylvie Briand de l’OMS, le réalisateur Yann Arthus-Bertrand et Christophe Sommet, directeur d’Ushuaïa TV.

Pour ceux qui ne pourront pas venir sur place, nous allons proposer la diffusion de ces rencontres en streaming.

Le rendez-vous offrira par ailleurs, aux producteurs et réalisateurs, la possibilité de pitcher des projets documentaires dans le cadre des Sessions #Film4change devant des représentants du ministère de la Culture, de TV5 Monde, Ushuaïa TV, France Télévisions, Arte, le Festival Atmosphères et Normandie Images. Plusieurs belles histoires ont commencé là… La première séance de pitch, en 2018, a notamment abouti à un engagement d’Ushuaïa TV sur Watt the fish, un film qui dénonce les méfaits de la pêche électrique.

…Et cette journée du 17 juin se va se clôturer par une très attendue remise des prix !

 

Quel chemin parcouru depuis dix ans !

Oui, on a démarré avec une centaine de films pour arriver à 470 films aujourd’hui… Une progression assez naturelle dans la mesure où l’on communique beaucoup plus qu’il y a dix ans sur ces thématiques. De nouveaux partenaires nous ont aussi rejoint au fil du temps, notamment la région Normandie qui soutient nos actions en direction du grand public. Parce que si les Deauville Green Awards ont été créés pour les professionnels, nous proposons désormais tout un dispositif grand public… Et c’est tant mieux ! Nous accueillons les scolaires et proposons un concours pour des jeunes vidéastes normands.

Parmi les autres partenaires récents, nous sommes heureux de compter le ministère de la Culture et le ministère du Développement durable.

 

Quels sont les profils des visiteurs professionnels ?

Forcément, parmi les visiteurs nus comptons des experts du développement durable mais aussi des professionnels de l’audiovisuel d’horizons très divers. On me pose souvent la question : « Pourquoi avez-vous créé un rendez-vous qui regroupe le monde de la pub, du corporate et de la télévision ? ». Simplement parce que le fil rouge, autour du développement durable est assez fort pour réunir des gens aux profils différents… Si les intérêts peuvent parfois diverger, au final, autour du développement durable, on arrive toujours à s’entendre !

 

Pour en savoir plus sur les Deauville Green Awards et son focus VR, découvrez notre article Immersion totale dans le développement durable avec le 360 Film Festival et les Deauville Green Awards

 

Article paru pour la première fois dans Sonovision #23, p. 14-15. Abonnez-vous à Sonovision (4 numéros/an + 1 Hors-Série) pour accéder à nos articles dans leur totalité dès la sortie du magazine.

 

 

Le magnifique et flambant neuf écrin des Franciscaines accueille les Deauville Green Awards 2021. © Pod


Articles connexes